schéma d'un tuyé



Les hommes font toujours preuve d'ingéniosité quand il s'agit de bien manger.
A cette règle les Francs-Comtois n'ont pas échappé.

Dans un pays réputé pour ses longs hivers,
vivant dans des fermes isolées,
parfois coupées du monde jusqu'à la fonte des neiges,
il a bien fallu s'adapter.

Le fumage, la salaison et le séchage forment les trois procédés
de conservation alimentaire les plus anciens.

Le tuyé, tué ou thué, est le coeur des fermes du Haut-Doubs,
où débouchent les tuyaux des poêles de toute la maison.

C'est à la sciure de résineux qu'on y alimentera le feu,
feu dont la lente combustion engendrera la fumée si précieuse.

De nos jours, c'est par amour du goût que l'on perpétue la tradition,
mais aussi par souci de transmission du patrimoine artisanal et architectural.

Emportés par le courant du progrès,
il est de plus en plus important de connaître ses racines,
et de les entretenir pour les générations à venir.

La tête dans les étoiles, les pieds sur terre, le ventre Haut-Doubs !